Services d’archives et médias sociaux 10


Chers lecteurs, je m’ennuyais à mourir lorsque l’on m’a confié une mission : découvrir ce que les services d’archives et les médias sociaux fabriquent ensemble. J’ai donc enquêté pendant des mois et je vais aujourd’hui vous révéler LA vérité.

D’abord, les noms…

Les voici ces services d’archives présents sur les médias sociaux : carte

Ensuite, qui fait quoi ? Sur quels médias sociaux ? Sur combien de médias sociaux ?

Cette infographie, réalisée à partir des données recueillies par le Service interministériel des Archives de France, éclairera rapidement votre lanterne.

Mais je suis sûre que, comme moi à un certain stade de mon enquête, une question vous brûle les lèvres : POURQUOI ?

Pour répondre à cette question, j’ai pris quelques témoins et j’ai étudié à la loupe les contenus de leur site web et les contenus des médias sociaux sur lesquels ils sont présents. Et voici ce que j’ai découvert…

Le logo reste identique. Nous sommes dans le cas typique d’une présence institutionnelle ; pas d’individus, incarnés par des avatars ou non, c’est bien l’institution qui parle sur les médias sociaux.

Sur le site web, on trouve généralement des informations pratiques, des documents d’archives numérisés et accessibles en ligne, des annonces d’animations culturelles (expositions, colloques, conférences, ateliers), des tutoriels, des services en ligne (pré-inscription, réservation) et des anecdotes sur ce qui s’est passé dans le lieu où se trouve le service d’archives.

Sur les médias sociaux, les services d’archives informent sur les événements à venir (expositions, etc.) et mettent des documents d’archives numérisés, les mêmes qui sont accessibles depuis leur site web. On trouve aussi des jeux et des « C’est arrivé à nom de la ville » ou « Ça s’est passé le date », en bref des anecdotes sur ce qui s’est passé dans le lieu où se trouve le service d’archives.

Voyez-vous une réelle différence ? Si les contenus sont quasiment identiques, que font les services sociaux sur les médias d’archives ? Pardon, je voulais dire… les services d’archives sur les médias sociaux !?

Les services d’archives sont, en plus d’être des services administratifs, des services patrimoniaux : l’une de leurs missions est donc la valorisation des documents qu’elles conservent. Pour les valoriser sur le web, il faut être là où est le public : les médias sociaux. Pour rappel, selon une étude appelée Observatoire des réseaux sociaux et réalisée par l’Ifop, en novembre 2012, 82 % des Français étaient présents sur les réseaux sociaux et ils étaient en moyenne présents sur 3,5 réseaux sociaux.

Vous l’avez compris : la différence entre le site web et les comptes de médias sociaux d’un même service d’archives ne porte pas sur les contenus. Elle est davantage dans la forme et dans le ton ; le message doit être court, même sur Facebook, bien qu’il n’ait pas la même contrainte des 140 caractères que sur Twitter. Le ton est donc souvent humoristique, décalé voire carrément provocateur. Les internautes découvrent donc que l’Institution Archives parle comme eux.

Ce ton décalé favorise le jeu. D’ailleurs on aime jouer sur les médias sociaux quand on est un service d’archives :

  • Légender des images

Legende_AD_Manche

  • Reconnaître un lieu ou un personnage

Identifier_lieu

Autre caractéristique : la mise en valeur de documents. Sur les médias sociaux, le document est, en effet, mis en avant, parce qu’extrait d’une base en contenant des milliers, contextualisé, expliqué :

Valorisation

Tout cela favorise l’échange entre l’internaute et l’institution. Certes le document est valorisé mais l’individu l’est aussi puisqu’une institution lui répond et parfois même le récompense pour ses trouvailles ou lui laisse le choix de la nouvelle couverture, par exemple.

Image_a_remplacer

Les contenus du site web émanent de l’institution, les contenus des médias sociaux sont davantage une co-construction entre l’institution et le public, une rencontre.

En étant présents sur les médias sociaux, les services d’archives font ce que l’on nomme de la médiation numérique ou médiation tout court. Le but est de se servir d’outils disponibles sur le web pour que des contenus et des usagers se rencontrent.

Avec cette présence, c’est bien l’usager qui est au centre.

L’archiviste est un médiateur et les usagers doivent être au centre du projet d’établissement des services d’archives et donc des politiques : celle de l’animation culturelle, de la médiation, de la collecte des archives privées et de l’acquisition du fonds documentaire.

schema-media

Car à quoi cela sert-il de conserver des documents numériques par millions si l’on ne fait rien pour les rendre accessibles ?

Ma mission est terminée et j’espère vous avoir éclairés. À bientôt pour les conclusions d’une prochaine enquête…

Aurélia Houdayer


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 commentaires sur “Services d’archives et médias sociaux

  • d'aïeux et d'ailleurs

    Sur les réseaux sociaux, les services d’archives mettent plein d’iconographie et de reproductions d’archives, que les dits réseaux sociaux peuvent réutiliser librement comme ils le souhaitent (y compris commercialement).
    Et dire que les braves internautes lambda ne sont pas supposés pouvoir faire de même – y compris sur leur modeste blog non commercial – sans avoir signé de leur modeste autographe une gentille licence papier (à l’heure du numérique)… Cherchez l’erreur.

    • Aurélia Houdayer Auteur de l’article

      Merci pour votre commentaire ! Vous pointez là une question d’actualité sensible et brûlante ! En somme, un sujet qui pourrait faire l’objet d’une prochaine enquête…

  • Dollinger Sonia

    Bonjour,

    Je me permets de vous signaler un oubli : les Archives municipales de Beaune qui sont sur facebook depuis 2010 (241 abonnés) et sur twitter depuis février 2013.
    Cordialement,
    Sonia Dollinger

  • regarddejanus

    Passer de la simple statistique de l’usage des médias sociaux (comme les journalistes de tous poil) à l’analyse de contenu est un plus. Mais cela serait encore mieux si nous arrivions (la communauté archivistique) à développer de véritables usages avec des objectifs archivistiques clairement identifiés.

    • Aurélia Houdayer Auteur de l’article

      Merci pour votre commentaire ! Vous avez tout à fait raison. Il est pour moi évident que, avant de s’intéresser aux outils et aux contenus, il faut d’abord définir des objectifs clairs et précis, en prenant en compte la particularité du contexte où se trouve le service d’archives : les projets en cours et à venir, les fonds d’archives, le territoire, les publics visés, etc.