Les archives des missions Lazaristes dans le nord de la Grèce

 

Entrée
Entrée principale de la Congrégation rue Frangon à Thessalonique.

 

Petit historique sur la congrégation

La présence catholique française dans l’empire ottoman fut initiée par l’arrivée des Jésuites en 1583 à Istanbul, qui furent par la suite institués à Thessalonique par Louis XIV en 1707. Ils possédaient une maison en Macédoine et devaient assurer l’office de la chapelle consulaire de Thessalonique. Ils furent cependant interdits puis bannis par Louis XV en 1764, ce qui interrompit leur mission au Levant.

La Congrégation de la Mission, fondée par Saint Vincent de Paul à Paris en 1625 prend le relais des Jésuites à Thessalonique et au collège Saint-Benoît d’Istanbul. Les frères et prêtres de cette Congrégation sont plus connus sous le nom de Lazaristes : cette dénomination leur vient de la Maison-Mère, ancien prieuré Saint-Lazare, dans lequel ils emménagent en 1635.

La Congrégation de la Mission est officiellement installée à Thessalonique par Louis XVI en 1783 et se situe au 19 rue Frangon aujourd’hui. Elle a pris la succession de la Congrégation de Jésus ce qui explique la présence d’archives Jésuites dans celles des Lazaristes de Thessalonique. Seule présence catholique dans toute la Grèce du nord, les Lazaristes sont actifs dans toutes les œuvres catholiques de la Macédoine. Ainsi, ils assurent la vie de la paroisse de Thessalonique, d’où la présence des archives de la paroisse dans celles des Lazaristes.

En tant que Congrégation, les Lazaristes ont effectué de nombreuses œuvres dites philanthropiques en Macédoine. Ces œuvres ont souvent été en partenariat avec leur pendant féminin les Sœurs de la Charité qui, du fait de leur caractère féminin ne pouvaient exister seules en Macédoine, et également en partenariat avec les Frères des Ecoles Chrétiennes. On retrouve bien entendu la trace de ces œuvres dans les archives de la rue Frangon.

La Maison-Mère de la Congrégation se trouve rue de Sèvres à Paris et c’est sous son contrôle direct qu’agit la maison de Thessalonique ; cette tutelle fut pendant longtemps exercée par l’intermédiaire de la Maison provinciale du collège Saint-Benoît. Les visites régulières des divers Visiteurs et en particulier de M. Lobry ont laissé leur trace dans les archives.

Par suite de donations et d’achats, la Congrégation de la Mission de Macédoine est devenue un grand propriétaire terrien. De ce fait, la majeure partie du fonds d’archives de la congrégation est constituée de documents de gestion de ces propriétés.

Les archives conservées à Thessalonique

Cette présentation des archives de la maison des Lazaristes à Thessalonique est basée sur une expérience de stage de deux mois étalé sur 2009 et 2010. La personne en charge des archives a certainement fait de son mieux. Cependant, il est assez âgé et s’occupe des archives depuis de nombreuses années. C’est pourquoi, l’un des points délicats de la mission était d’ordonner et de rendre accessibles des archives qui n’avaient pas été classées depuis 1915, tout en s’assurant que cette personne pourrait s’adapter au nouveau système après notre départ sans trop de difficultés.

La salle des archives de la rue Frangon renferme dossiers, plans, objets divers, armoires et classeurs métalliques dans lesquels se trouvent des documents qui s’étalent de 1654 à 2008. L’ensemble représente une quinzaine de mètres linéaires. Elle sert également à stocker beaucoup de choses inutiles. C’est une petite pièce de 4m x 3m, s’ouvrant par une fenêtre toujours close pour éviter la lumière. Aucune ventilation ou aération n’est présente ou prévue pour les années futures. De plus, l’électricité est entièrement à revoir.

salle_archives
La salle d’archives de la rue Frangon

Les dossiers étaient renfermés dans de solides classeurs gris cartonnés en bon état, mais qui ne protégeaient pas de la poussière. La plupart portait des indications manuscrites indicatrices du contenu et une référence en chiffres romains à un carton.

A l’ouverture de ces dossiers, on remarquait des chemises bleues où une même main avait porté une description du contenu de la chemise.

Cette présentation indiquait qu’il y avait eu un classement et un inventaire des archives, même si l’ordre des dossiers sur les rayons ne suivait plus l’ordre des cartons.

Effectivement, assez rapidement, nous avons rencontré un inventaire des archives…

 

L’inventaire de 1915

Quelques semaines après notre arrivée, on trouva un inventaire datant de 1915. Il est en deux exemplaires couverts de toile noire s’ouvrant par un préambule qui expose comment le père Lobry, visiteur, a rédigé cet inventaire lors d’un séjour à Thessalonique et le date du 3 juillet 1915.

Le système proposé par cet inventaire est original :

inventaire_lobry
Premières pages de l’inventaire de C. Lobry

Sur la première page un tableau synoptique figure en forme de petits rectangles les XXIV cartons des archives, contenus dans un même meuble. Au-dessous sont figurés les 6 casiers d’une armoire qui n’existe plus aujourd’hui.

Après cette première page, des onglets découpent le registre selon les XXIV dossiers et les 6 casiers. Sous chaque onglet, une description détaillée est donnée du contenu du carton ou casier. Ces descriptions sont reprises sur les chemises bleues de chaque dossier.

Le volume des archives a bien évidement augmenté depuis 1915. Le rangement des documents a été effectué dans la continuité du travail de M. Lobry mais le registre n’a pas été complété, les chemises ont été annotées avec moins de précision et les documents déplacés. Nous avons autant que possible conservé sa structure et ses regroupements, pas toujours indiscutables mais qui avaient le mérite d’exister. Nous n’avions ni le temps ni la place de tout recommencer.

Depuis 1915, ce cadre classement ne pouvait plus s’appliquer car il n’intégrait pas la plus grande partie des documents. Ont été trouvé en 2009 environ 200 dossiers au lieu des 24 repérés par le père Lobry ! De plus, ce classement ne pouvait envisager les types de documents qui se sont agrégés au fonds : photographies, cartes, plans, objets, imprimés etc.

La Mission de Thessalonique

Le fonds des archives de la mission de Thessalonique se divise en deux séries distinctes. La première est celle des archives produites par les Lazaristes dans le cadre de leur travail paroissial à Thessalonique tandis que la seconde comprend les archives produites par les Lazaristes en tant que congrégation de la mission de Macédoine.

Les documents de la paroisse étaient les registres paroissiaux essentiellement. Le fonds de la congrégation s’avérant un peu plus compliqué, il a été divisé en sept sections dont voici les thèmes : la fondation de la mission, l’administration de la congrégation, sa gestion, son personnel, ses œuvres, ses propriétés, ses procès, le district de Cavala dont Thessalonique à la responsabilité, les congrégations catholiques féminines en Macédoine (Filles de la Charité et sœurs de Mère Térésa), les outils et documentation et pour finir le fonds figuré.

La Mission de Santorin

Sont également conservé dans le local de la rue Frangon, les archives de la mission des Lazaristes à Santorin. Les Lazaristes sont arrivés le 26 mai 1783 sur l’île de Santorin pour remplacer la congrégation de Jésuites qui s’y trouvait. Les archives de la mission de Santorin ont été rapatriées à la maison mère de Thessalonique lors de la fermeture de la mission de Santorin consécutivement au tremblement de terre de 1968.

Le gros du travail a été le dépouillement des dossiers et leur description. On y trouve un historique de la mission à Santorin (1897-1941), un dossier sur les dominicains de Santorin (1792-1901), des dossiers de correspondance concernant l’école et l’hôpital des filles de la Charité ainsi que des livres de comptes, un dossier sur Mgr Colsi, supérieur de la mission de Santorin (1782-1821), mais également des documents relatifs aux biens immobiliers (contrats, plans, titres de propriétés, rapports, vente des Jésuites aux Lazaristes, etc…). Ce fonds s’est révélé très riche sur l’histoire de la présence catholique à Santorin du XVIIIe au XXe siècle.

mgr_colsi
Lettre d’intronisation de Mgr Camillo Colsi, premier supérieur de la mission de Santorin

Un reconditionnement des documents conservés rue Frangon s’est avéré nécessaire lors de ce travail. Les dossiers étaient en relativement bon état, mais les pères lazaristes ont souhaité les changer à l’occasion du travail de classement. Les documents graphiques de grands formats étaient déjà dans des tubes adaptés. La plupart des pochettes à l’intérieur des cartons ont été conservés mais pas toutes. Elles ont été parfois changées pour différentes raisons : impropre à la conservation, mauvais état ou nouveau dossier créé par le changement de classement. Les informations ont été reportées, modifiées ou complétées sur ces nouveaux dossiers.

Les archives conservées dans la maison de Cavala

Photo non datée de la ville de Cavala
Photo non datée de la ville de Cavala

A deux heures de route au nord de Thessalonique se situe la ville de Cavala. La maison des Lazaristes est encore active aujourd’hui, mais son champ d’activité est plus réduit que par le passé. Elle s’occupait entre autres activités d’une école de garçons.

L’activité paroissiale des Lazariste à Cavala est encore très présente. Un frère de la Maison mère de Thessalonique habite à Cavala trois jours de la semaine afin d’assurer cette fonction. La salle des archives de la maison de Cavala est une sorte de passage s’ouvrant sur le balcon. Les placards, tout blancs, ont été certainement été repeints récemment et donnent une atmosphère de propreté pour l’extérieur, mais absolument pas pour l’intérieur des placards.

Les archives conservées dans cette pièce ne concernent pas uniquement les Lazaristes et les Filles de la Charité de Cavala, mais aussi la légation consulaire de Cavala. En effet, certains Lazaristes ont exercé le rôle de légat consulaire. Après avoir dépouillé et reconditionné ce fond d’archives, il a été demandé aux Lazaristes de rendre au Consulat Général de France à Thessalonique les archives en question. Le fonds d’archives du Consulat et l’Agence consulaire était essentiellement constitué de correspondance, circulaires, registres de compte et documents de gestion de l’immigration (1862-1932).

voutsinos
Arrêté de nommination de M.E. Voutsinos

Les archives de la mission de Cavala concerne en parti le fonctionnement de la maison et plus particulièrement la tenue des comptes. On a également retrouvé le tome 2 d’un journal de mission (1928-1957).

Les archives de l’École tenue par les Sœurs de la Charité sont également conservées par les Lazaristes à Cavala. Il s’agit de registres de comptes des élèves, registres d’inscription, carnets de notes, correspondance et un peu de matériel scolaire. Le document le plus important est le registre de 1888 à 1986 qui recense, année par année, le nombre et le nom des élèves, soit en tout 4404. Toute la bibliothèque concernant l’École (livres scolaires et autres) se trouve dans un placard du même couloir, les ouvrages y sont rangés par thèmes.

ecole_comm
Tableau d’honneur de l’école commerciale de 1923

Petite conclusion

Les Lazaristes sont conscients de la richesse historique de leur patrimoine et de son caractère unique. L’inventaire détaillé du fonds de la mission de Thessalonique a même fait l’objet d’une mise en ligne par la congrégation. Ils n’avaient pu suivre l’évolution de leur fonds depuis 1915 pour des raisons pratiques mais les missions de traitement de 2009 et 2010 ont permis de traiter l’intégralité du fonds dont la présentation vient d’être faite.

 

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.