L’identification de modèles à l’aide des archives : L’exemple de la Cité de la Céramique

Les modèles en plâtre et la reproduction photographique

Témoignages irremplaçables de la production des ateliers de la Manufacture de Sèvres, des modèles appelés modèles en plâtre sont conservés dans les réserves de l’établissement au même titre que les moules, les pièces de céramique, les archives et les peintures. Ces modèles originaux sont souvent utilisés par les artisans d’art (en particulier à l’occasion de rééditions). Ils ont une double utilité : garder une trace des pièces éditées par la Manufacture depuis les années 1760 et pérenniser les formes réalisées. Outre l’intérêt pour l’histoire des arts décoratifs en France, leur conservation est essentielle dans la mesure où au cours du temps de nombreux modèles en plâtre ont disparu, notamment en 1941 quand les modèles jugés désuets furent cassés et lors du bombardement du 3 mars 1942 qui toucha fortement le site de Sèvres.

Le rapprochement des fonds documentaires de la Cité de la céramique a permis de découvrir dans les archives du Musée de nombreuses photographies de toutes les sculptures produites à la Manufacture, prises vers 1910 sur demande d’Émile Bourgeois pour la rédaction de son ouvrage sur les biscuits du XVIIIe siècle. Cet ensemble est d’une grande richesse. En effet, il donne accès aux modèles édités à une période donnée, mais surtout il permet de visualiser des modèles pour lesquels la Manufacture ne connaissait aucun visuel. Les sculptures Javanaise et Corps de Ballet illustrent bien le rôle de ces photographies retrouvées et sont un témoignage supplémentaire de la complémentarité de l’univers muséal et de celui des archives (un autre exemple est l’utilisation pratique des plaques de verre dans l’identification d’oeuvres évoquée ici).

 Javanaise

Célèbre au début des années 1880 pour la réalisation de 300 portraits de personnalités russes et françaises révélant sa rapidité d’exécution et son sens de la physionomie, Léopold-Bernard BERNSTAMM (1859-1908) a collaboré comme sculpteur attitré du Musée Grévin. Pour la Manufacture nationale de Sèvres, il réalisa une vingtaine de sculptures, dont la Javanaise. C‘est les yeux baissés portant une coiffure, un bandeau à ornements d’oreilles et de plumesélevé ainsi qu’un pectoral qu’est représentée la Javanaise de Léopold-Bernard BERNSTAMM. Ce buste en date de 1908, pour lequel nous n’avons plus de moules ni de modèle plâtre, n’a été réalisé qu’en un seul exemplaire ; ce dernier a été aperçu lors d’une vente publique le 22 juin 2012. Si c’est là la seule trace de l’exécution de ce modèle, nous pouvons désormais compter sur la photographie présentée ci-contre.

javanaise

La photographie ci contre sera présentée à la mairie de Sèvres, lors de l’exposition Histoire illustrée de la Cité de la céramique : Manufacture-Musée, 1876-1914, du 4 au 28 Mai 2013.

Le Corps de ballet

Fils et élève du célèbre Albert CARRIER BELLEUSE, Pierre CARRIER BELLEUSE (1851-1932) est connu essentiellement pour ses toiles, dont Fantaisie (1874) et Nu couché (1889). En 1908, il collabore avec le sculpteur Grégoire CALVET (1871-1928). Au sein des ateliers de la manufacture de Sèvres, les deux hommes produisent un ensemble composé d’une dizaine de biscuits, qui empruntent leur sujet aux danseuses de l’opéra. Chacune des pièces présente des mouvements et attitudes des ballerines. L’œuvre baptisée Corps de ballet fut exposée en 1908 à l’exposition franco-britannique de Londres, et en 1909 au Salon des Artistes Français. Les moules et modèles en plâtre originaux ayant été détruits, cette reproduction photographique est la seule pièce disponible au sein des archives de la Cité de la Céramique.

Le corps de ballet 1Le corps de ballet 2

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.